Cette exposition propose une immersion dans l’œuvre de l’artiste viennois Friedensreich Hundertwasser (1928 – 2000).

Peintre et architecte, il est l’héritier de la Sécession viennoise, quelques décennies plus tard. Il incarne un renouveau artistique fortement marqué par la révolution initiée par Klimt. Sa peinture comme son architecture, ancrées dans un respect absolu de la nature et de l’homme, remontent à la source de la vie et des éléments. À l’instar de Gustav Klimt et d’Egon Schiele, l’artiste abandonne la perspective au profit d’une succession de plans et tout comme eux, il préfère à la ligne droite une ligne plus expressive, traçant des formes irrégulières : « La ligne droite est un danger créé par l’homme car elle est étrangère à la nature de l’homme, de la vie, de toute création », affirme-t-il.

La peinture d’Hundertwasser est une explosion de couleurs incarnant la source même de la vie et des éléments naturels, dans une spirale sans fin. Son travail artistique portant sur l’homogénéité de l’architecture et des hommes est ici réinterprété au moyen de techniques issues de l’infographie et de l’animation vidéo. L’espace de la Fabrique des Lumières se métamorphose en un parcours fragmenté d’images numérisées. La cité idéale de l’artiste se révèle peu à peu sur les façades monumentales de la Fabrique, dans une grande fresque dynamique qui se dessine alors, composée de formes et couleurs déployées au rythme de la musique. Des fenêtres à la géométrie irrégulière animent des tableaux aux couleurs flamboyantes et les lignes esquissent un monde utopique. Flânant librement dans l’espace de la Fabrique, entrez en scène et devenez partie intégrante de l’œuvre-même !

Production : Culturespaces Digital®
Directeur artistique : Gianfranco Iannuzzi 
Conception et réalisation: Gianfranco Iannuzzi, Renato Gatto, Massimiliano Siccardi
Adaptation et animation vidéo : Cutback

Cette exposition propose une immersion dans l’œuvre de l’artiste viennois Friedensreich Hundertwasser (1928 – 2000).

À la fois peintre et architecte, il est l’héritier de la Sécession viennoise, quelques décennies plus tard. Il incarne un renouveau artistique, fortement marqué par la révolution instiguée par Klimt. Sa peinture, comme son architecture, ancrées dans le respect total de la nature et de l’homme, remontent à la source de la vie et des éléments. Comme Gustav Klimt, l’artiste abandonne la perspective au profit d’une succession de plans. Il préfère à la ligne droite une ligne plus vivante, traçant des formes irrégulières.